• Accueil
  • > Recherche : femme musulmane

Arrêtons d’exclure les femmes! Ce n’est vraiment pas ça l’islam

14052009

Interview que le journal Suisse « journal 24h » a fait avec Asmaa Bekada l’année passée. L’interview a été publiée dans le journal et son site.

«Arrêtons d’exclure les femmes! Ce n’est vraiment pas ça l’islam» MUSULMANE | 00h00 Elle se dit féministe mais porte le voile. Elle est bardée de diplômes mais partage sa vie et ses convictions avec l’un des théologiens islamistes les plus écoutés. Pour le meilleur et pour le pire.  

Arrêtons d'exclure les femmes! Ce n'est vraiment pas ça l'islam dans Croyances Rites et Pratiques clip_image001© Andrés Allemand | journal 24h /  Suisse. 

Asmaa Bekada, épouse du théologien islamiste Youssef Al Qardaoui.  

ANDRÉS ALLEMAND | 19 Avril 2008 | 00h00
«Exclusivement femme». Tel est le titre de l’émission qui a fait connaître Asmaa Bekada au sein de la célèbre chaîne satellitaire arabe Al-Jazira. Licenciée en mathématiques, docteur en sciences politiques, cette Algérienne est aussi l’épouse de l’influent théologien Youssef Al-Qardaoui. Dirigeant de l’Union mondiale des oulémas musulmans, l’un des chefs spirituels des Frères musulmans tient lui aussi une émission sur Al-Jazira. «Les Occidentaux le trouvent radical, les musulmans le disent modéré», s’en amuse Asmaa Bekada.
Rencontre.
 

Que pensez-vous de ces femmes légèrement habillées qu’on voit très souvent à Doha, au Qatar? 

Je pense que la diversité permet de belles interactions. Chacun est libre de rechercher la vérité, de faire ses expériences. Il faut que cela reste un choix de femme.  

Pourquoi portez-vous le voile? 

Le hijab, j’y suis venue très naturellement en Algérie, parce que j’ai réalisé qu’il produisait plus d’équilibre dans mes relations. Les hommes étaient obligés de voir en moi une personne à part entière, autre chose que de la provocation directe. Je me sentais plus respectée. C’est cette réalité sociale qui s’est imposée à moi, je ne suis pas allée la chercher dans le Coran…  

Comment pouvez-vous dire que les femmes sont ainsi respectées à part entière alors qu’elles doivent se cacher, parfois même le visage? 

Ah non, pas question de cacher le visage! Ça coupe toute communication. Ce qu’imposèrent les talibans en Afghanistan, c’est terrible: l’exclusion de la femme. Ce n’est pas cela, l’islam. Mon mari, qui est souvent taxé d’extrémiste en Occident, a refusé de participer à des conférences parce que des femmes n’y étaient pas autorisées… Quant à moi, je milite pour la mixité. Partout.  

Même dans les mosquées? 

Surtout dans les mosquées! Elles sont inadmissibles, ces barrières entre hommes et femmes! Rien ne les justifie, et sûrement pas le Coran. Si dans les premières communautés, on demandait aux femmes de ne pas occuper les premiers rangs, c’était là encore pour que les hommes ne soient pas distraits durant la prière. Mais le Prophète était très proche des femmes, il n’était pas question de mettre une séparation.  

Depuis peu, pour la première fois en terre wahhabite, les chrétiens du Qatar disposent d’une église. Cela vous choque-t-il? 

Au contraire, c’est réjouissant. Il faut qu’ils puissent pratiquer leur religion ici. Les musulmans ont bien le droit de construire des mosquées en Occident! La seule exception, à mon sens, c’est l’Arabie saoudite, où se trouvent les lieux saints. On n’imagine pas, n’est-ce pas, construire une mosquée au Vatican…  

Que pensez-vous des musulmans qui se convertissent au christianisme? 

Là-dessus, le Coran est très clair: chacun est libre de choisir sa religion. Ce qui est refusé, c’est le prosélytisme. Voilà pourquoi le récent baptême d’un musulman par le pape Benoît XVI a choqué. C’est très symbolique. D’autant plus que l’homme en question est connu pour être pro-israélien…  

Comment jugez-vous le Qatar, qui entretient des relations officielles avec Israël? 

Politiquement, la démarche me paraît intéressante. Beaucoup d’autres pays arabes la critiquent. Mais ils ne font pas autant pour le Hamas que le Qatar, qui lui apporte notamment une aide financière. Il y a beaucoup d’hypocrisie.  

Reconnaissez-vous à l’Etat d’Israël le droit d’exister? 

Personne dans le monde arabe ne veut de l’Etat d’Israël. Ceux qui disent le contraire, c’est par déception ou par pragmatisme. Mon avis, c’est qu’il faut laisser faire l’histoire. Accepter maintenant la solution politique de deux Etats côte à côte, pour soulager la souffrance du peuple palestinien. Mais à terme, les juifs doivent partir. Tout comme les Français ont fini par quitter l’Algérie. 

  

Courtoisie du frère A. Mitiche 




LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE

25012009

Le milieu dans lequel nous vivons a une influence sur nous dont nous ne nous doutons pas: il sème au quotidien dans nos esprits des petites graines d’idées qui, au fil des jours, des semaines et des ans, deviennent de mûres convictions qui guident notre cheminement.

Nous baignons dans notre environnement et à travers tous nos sens, que nous en soyons conscients ou non, nous influençons et sommes influencés. Voyons en 7 points le parcours qui nous mène à exécuter des principes que nous croyons être nôtres mais qui nous ont seulement été inculqués, souvent à notre insu.

  1. Notre CHEMINEMENT est le résultat de toutes nos décisions.
  2. Nos décisions sont déterminées par nos caractères.
  3. Nos caractères sont forgés par nos habitudes.
  4. Nos habitudes viennent de la répétition de nos actions.
  5. Nos actions sont l’accomplissement de nos paroles.
  6. Nos paroles sont l’expression de nos pensées.
  7. Nos pensées résultent de l’influence de notre MILIEU.

Comment notre milieu influence-t-il nos pensées? Par l’éducation, par la religion, par les lois, par les médias… même par nos distractions… Et nous sommes exposés à son pouvoir toute la durée de notre vie, d’où le processus:

milieu penséesparolesactionshabitudescaractères décisionscheminement (heureux ou malheureux)

Nous nous croyons souvent à l’abri de l’influence des autres: nous surestimons notre maturité et la plus grande preuve en est que nous sous-estimons l’ennemi. Si nous sommes si forts, pourquoi nous conformons-nous avec un tel empressement à la mode… non seulement vestimentaire mais nous sommes attirés par tout ce qui est nouveau… par curiosité… par conformité… mais toujours est-il que nous nous adaptons toujours, consciemment ou non, volontairement ou non, à ce qui se passe autour de nous… l’être humain s’adapte à son milieu.

Combien donc est important le choix de sa communauté!!!

Nous devrions choisir avec la plus grande prudence nos amis, nos conjoints, les institutions auxquelles nous adhérons, nos activités et divertissements… car ce que nous fréquentons détermine ce que nous devenons: « Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es!!!

Vous êtes la meilleure communauté

qu’on ait fait surgir pour les hommes:

vous ordonnez le convenable,

interdisez le blâmable et croyez à Allah.

Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux,

il y en a qui ont la foi,

mais la plupart d’entre eux sont des pervers.

Sourate 3: 110

family1.jpgAu sein de notre société moderne déchue, il existe encore une communauté où les règles d’or sont: la « vraie » fraternité, l’amour réel de son prochain, l’aide aux nécessiteux, le soutien aux moins forts, le respect absolu de la jeune fille; une communauté où les hommes ont l’obligation de respecter, de chérir leurs femmes et l’interdiction d’abandonner leurs enfants et où le taux de divorce est le plus faible; une communauté où règne vraiment l’amour sans les ramifications destructrices que les esprits corrompus y ont introduit au cours des siècles.

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien,

ordonne le convenable, et interdit le blâmable.

Car ce seront eux qui réussiront . »

Sourate 3: 104

Non, notre communauté n’a pas évolué, elle a gardé le même code de conduite que du temps du Prophète, car nos valeurs sont éternelles!




Les Petites Ablutions (woudou)

30122008

Image de prévisualisation YouTubeLes faire :

  • avant la prière 
  • avant de lire le Saint Coran

    Les étapes:

    • Formuler intérieurement l’intention de se purifier 
    • Dire : « Bismillah » (Au Nom de Dieu) 
    • Se laver : 
      • Les mains ( 3 fois) jusqu’aux poignets, en faisant bien attention de passer de l’eau entre tous ses doigts.  
      • La bouche (3 fois) en secouant l’eau à l’intérieur et en se nettoyant les dents avec l’index si on ne les a pas encore brossées.
      • Le nez (3 fois) en introduisant de l’eau dans les narines avec la main droite, tout en la rejetant par expiration avec la main gauche.
      • Le visage (3 fois), du front jusqu’au-dessous du menton, en prenant soin de bien répartir l’eau sur l’ensemble du visage. 
      • Les avant-bras (3 fois) en prenant de l’eau d’abord dans la paume de sa main droite et la laisser couler jusqu’au coude en se lavant avec la main gauche. Faire de même pour l’avant-bras gauche.
      • Les cheveux (1 seule fois) : se mouiller les mains, puis les passer sur les cheveux en allant du front à la nuque et de la nuque au front.
      • Les oreilles (1 seule fois) à l’aide de l’index et du pouce, en lavant d’abord l’intérieur puis l’extérieur de l’oreille.
      • Les pieds (3 fois) : d’abord le pied droit entièrement jusqu’à la cheville, en faisant attention de bien laver entre les orteils ; puis en faire de même pour le pied gauche.
    • Formuler l’invocation finale : à la fin des ablutions, il est très méritoire de dire l’invocation suivante : 

« J’atteste qu’il n’y a d’autre Dieu qu’Allah

sans rien Lui associer

et j’atteste que Mohammed, paix et bénédictions sur lui,

est Son Serviteur et Son Envoyé » 

« Ach-hadou ane la ilaha illa-llah

wahdahou la charika lahou, 

Wa ach-hadou anna mouhammadane ábdouhou

wa rassoulouhou. »

Conditions de validité des ablutions 

Pour que la purification soit valide, il faut : 

  • Avoir formulé l’intention de se purifier 
  • Etre vraiment purifié 
  • Pour la femme, 
    • il faut que ses vêtements soient amples et propres 
    • respecter sa conscience et sa décence : ne dévoiler de son corps que ce qui lui est autorisé par Son Seigneur, c’est-à-dire le visage et les mains 

Le Prophète (pbsl) a dit à ce propos :

« Dieu n’accepte la prière d’une femme pubère

que si elle est voilée. »

Donc, le corps, le cou, les bras et les jambes doivent être recouverts d’un tissu qui ne soit ni transparent, ni moulant. Ainsi habillée et purifiée, elle est prête pour la prière. 

kujj 

Annulation des ablutions 

Le musulman/ la musulmane perd son état de pureté : 

  • Lorsqu’il fait ses besoins naturels 
  • Lorsqu’il émet un gaz 
  • Lorsqu’elle émet des sécrétions vaginales suite à un rêve nocturne 
  • Lorsqu’il s’évanouit 
  • Lorsqu’il dort profondément 
  • Lorsqu’il touche ses parties intimes dénudées 

Dans ce cas, le Musulman se doit de refaire ses ablutions (woudou) afin de pouvoir accomplir la prière. 

Si l’on a fait le woudou, et qu’on mette ensuite ses chaussettes, on n’est pas obligé de les enlever pour faire le woudou suivant pour la prochaine prière, il suffit alors de passer les mains mouillées une fois sur les chaussettes.

WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




La Purification (les ablutions)

30122008

Les ablutions ont le pouvoir de purifier notre cœur des noirceurs de nos désobéissances et de nos péchés. Tous les péchés sortent du corps de celui qui fait parfaitement ses ablutions, ils sortent même d’en-dessous de ses ongles.  Le Prophète (pbsl) nous a dit : 

« Purifiez votre corps

et Allah vous purifiera tout entier. »…

  « L’ablution est la clé de la prière,

et la prière est la clé du Paradis. »…. 

 

« Au Jour de la Résurrection,

les gens de ma communauté auront

le front, les mains et les pieds brillants de lumière :

ce sera la trace de leurs ablutions.

Que chacun d’entre vous s’efforce donc

de renforcer sa lumière.»

3 types d’ablutions : 

  • Les petites ablutions ou ablutions mineures (woudou) qui se font principalement : 
    • avant la prière 
    • avant de lire le Saint Coran
  • Les grandes ablutions (ghusl) qui se font :  
    • avant la conversion
    • pour la salat al-jummua (prière en assemblée le vendredi) 
    • pour se purifier dans les circonstances suivantes : 
      • après un rapport conjugal (dans les liens du mariage bien sûr)
      • après les menstrues et les lochies (période après l’accouchement).
  • Les ablutions sèches qui sont permises: 
    • Lorsqu’un musulman est en voyage
    • Lorsqu’il est malade
    • Lorsqu’il n’a pas accès à l’eau.
    • Lorsque l’utilisation de l’eau peut aggraver sa maladie 

Dans ces cas précis, Dieu Le Très-Haut permet au Musulman de se purifier à l’aide d’une pierre ou de la terre.   

   

Quelques règles pour les ablutions 

Le Prophète (SAAS) nous a enseigné la bonne manière de faire les ablutions. Ses conseils sont précieux. En voici quelques-uns à suivre lors de la purification:

Dans les toilettes : 

  • Formuler intérieurement l’intention de se purifier 
  • Entrer par le pied gauche et sortir par le pied droit 
  • Ne pas porter sur soi un objet portant le nom de Dieu 
  • Eviter de parler 
  • Se laver avec la main gauche 
  • Utiliser de l’eau pure 
  • Se purifier d’abord devant puis derrière 
  • Asperger d’eau toutes les parties susceptibles d’avoir été touchées par de l’urine 
  • Se laver les mains avec du savon après le nettoyage des parties intimes. 

En dehors des toilettes : 

En plus de ce qui a été cité précédemment, le Musulman se doit de respecter certaines règles quand il est contraint de faire ses ablutions à l’extérieur : 

  • Choisir un lieu propre 
  • Se cacher du regard des autres 
  • Eviter de s’orienter vers la Qiblah (Lieu Saint consacré à Dieu, à l’est) 
  • Ne pas faire ses besoins dans u plan d’eau en pleine nature (lac, rivière…) 
  • Possibilité de s’essuyer avec des pierres en l’absence d’eau. 
  • Après s’être purifié les parties intimes et s’être lavé les mains, il faut penser à se brosser les dents, car l’hygiène buccale est très importante. 

     

     

     

     

     

Obligations et recommandations dans les ablutions

Comme tout acte d’adoration de la pratique religieuse islamique (prière, jeûne…), les ablutions comprennent des actes obligatoires dits « fard » et des actes recommandés dit « sounnah ». 

  • Les actes obligatoires dits « fards ». Les ablutions ne sont valables que si le Musulman effectue les actes obligatoires suivants : 
    • Formuler intérieurement l’intention de se purifier 
    • Se laver le visage une seule fois 
    • Se laver les mains et les avant-bras jusqu’aux coudes 
    • Se passer les mains mouillées sur les cheveux 
    • Se laver les pieds jusqu’aux chevilles 
    • Respecter l’ordre des actes précités 
  • Les actes recommandés dits « sounnah ». Ce sont des actes et des paroles non obligatoires, recommandés par le Prophète (pbsl). 
    • Dire : « Bismillah » (Au Nom de Dieu) 
    • Se laver les mains jusqu’aux poignets 3 fois 
    • Se frotter entre les doigts 
    • Se rincer la bouche 3 fois 
    • Aspirer de l’eau par les narines et la rejeter 3 fois 
    • Commencer par se laver les membres droits puis les membres gauches. 
    • S’essuyer les oreilles de l’intérieur vers l’extérieur 
    • Ne pas couper ses ablutions 
    • Utiliser peu d’eau 
    • Formuler l’invocation finale 

 Conditions de validité des ablutions Pour que la purification soit valide, il faut : 

  • Avoir formulé l’intention de se purifier 
  • Etre vraiment purifié 
  • Pour la femme, 
    • il faut que ses vêtements soient amples et propres 
    • respecter sa conscience et sa décence : ne dévoiler de son corps que ce qui lui est autorisé par Son Seigneur, c’est-à-dire le visage et les mains 

Le Prophète (pbsl) a dit à ce propos :

« Dieu n’accepte la prière d’une femme pubère

que si elle est voilée. »

Donc, le corps, le cou, les bras et les jambes doivent être recouverts d’un tissu qui ne soit ni transparent, ni moulant. Ainsi habillée et purifiée, elle est prête pour la prière. 

Annulation des ablutions 

Le musulman/ la musulmane perd son état de pureté : 

  • Lorsqu’il fait ses besoins naturels 
  • Lorsqu’il émet un gaz 
  • Lorsqu’il émet des sécrétions vaginales suite à un rêve nocturne 
  • Lorsqu’il s’évanouit 
  • Lorsqu’il dort profondément 
  • Lorsqu’il touche ses parties intimes dénudées 

Dans ce cas, le Musulman se doit de refaire ses ablutions (woudou) afin de pouvoir accomplir la prière. 

WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




Le Voile

26122008

« L’homme ne doit pas se couvrir la tête,

puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu,

tandis que la femme est la gloire de l’homme.

En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme,

mais la femme a été tirée de l’homme ;

et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme,

mais la femme a été créée à cause de l’homme.

C’est pourquoi la femme, à cause des anges,

doit avoir sur la tête une marque

de l’autorité dont elle dépend.

Toutefois, dans le Seigneur,

la femme n’est point sans l’homme,

ni l’homme sans la femme.

Car, de même que la femme a été tirée de l’homme,

de même l’homme existe par la femme,

et tout vient de Dieu.

Jugez-en vous-mêmes : est-il convenable qu’une femme prie Dieu sans être voilée ? »

1 Corinthiens 11: 7

f

On serait tenté de croire que ces versets viennent du Coran, mais non, ils sont tirés du Nouveau Testament.

Et en lisant dans l’Ancien Testament, nous trouvons des passages qui nous confirment que ce n’était pas une nouvelle règle que Paul essayait d’inculquer aux femmes. En effet, nous lisons dans Genèse 24: 65:

« Rebecca leva aussi les yeux, vit Isaac,

et descendit de son chameau.

Elle dit au serviteur: Qui est cet homme,

qui vient dans les champs à notre rencontre?

Et le serviteur répondit: C »est mon seigneur.

Alors elle prit son voile, et se couvrit. »

Dans le livre d’Esaïe 47: 2:

« Prends les meules et mouds de la farine;

ôte ton voile, relève ta robe,

découvre ta jambe, traverse les fleuves! … »

n

Le port du voile était tellement ancré dans les moeurs et « la mode » des premières servantes du Seigneur que nous en trouvons des exemples, même dans la poésie de Salomon, Cantique des Cantiques 4: 3:

« Voici, tu es belle, mon amie; voici, tu es belle!

Tes yeux sont des colombes

derrière ton voile

Tes lèvres sont comme un fil écarlate,

et ta bouche est agréable;

ta joue est comme un quartier de grenade

derrière ton voile. »

j

Il paraît que le voile chrétien aurait été abandonné seulement au siècle dernier. Cependant certains prétendent qu’il n’était obligatoire que dans les églises, d’où le voile de la mariée et celui de la veuve ainsi que la religieuse qui consacre sa vie à la prière. Mais pourtant, il est bien dit clairement dans le Nouveau Testament (pour ceux qui disent que Jésus avait aboli ces coutumes!!!), 1 Corithiens 11: 5:

« Toute femme, au contraire,

qui prie ou qui prophétise,

la tête non voilée, deshonore son chef:

c’est comme si elle étsit rasée.

Car si une femme n’est pas voilée,

qu’elle se coupe aussi les cheveux.

Or s’il est honteux pour une femme

d‘avoir les cheveux coupés ou d’être rasée,

qu’elle se voile!  »
 

Pourquoi la société occidentale s’acharne autant contre les femmes musulmanes qui choisissent d’obéir à Dieu en portant leur voile, comme si c’était une invention de l’Islam? On retrouve même cette obligation de porter le voile « pour les filles d’hommes libres » et l’interdiction de le porter pour les prostituées dans des lois de certains pays comme l’Assyrie, lois attribuées à Teglath-Phalasar 1er (v. 1000 avant Jésus-Christ).

Si les chrétiennes décident d’enlever le voile que le Seigneur leur a prescrit par pure conformité à la société moderne et à sa mode, nous respectons leur choix. Mais qu’on n’essaie pas de nous stigmatiser en inventant des justifications religieuses à ce choix! 

Les musulmanes elles aussi ont le droit de choisir. Et si elles décident de se voiler, la gloire revient à Allah qui s’exprime clairement en ces termes dans le Coran- Sourate 24: 31:

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards,

de garder leur chasteté,

et de ne montrer de leurs atouts que ce qui en paraît et

qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines;

et qu’elles ne montrent leurs atouts qu’à leurs maris,

ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris,

ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris,

ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères,

ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes,

ou aux esclaves qu’elles possèdent,

ou aux domestiques mâles impuissants,

ou aux garçons impubères qui ignorent

tout des parties cachées des femmes. »

h

Certaines controverses sont nées à partir du suivant verset que certains interprètent comme limitant le port du voile aux femmes du prophète:

« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles,

et aux femmes des croyants,

de ramener sur elles leurs grands voiles :

elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées.

Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Sourate 33: 59

Mais nous n’en voyons pas la justification puisqu’il inclut tout aussi clairement les « femmes des croyants ».

En somme, le port du voile est un précepte du code vestimentaire de toute servante du Seigneur, quelle que soit sa religion, puisque Dieu a pris le soin de le mentionner dans toutes les Écritures: dans La Bible autant que dans le Coran.

 

Le Voile Islamique est:

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




La Femme

26122008

12332.jpgLa société occidentale a une vision de la femme musulmane qui est celle d’une femme opprimée et inférieure aux hommes. Qu’en est-il en réalité?

Nous vous proposons ce très bel article tiré du blog: Islam.free.fr , qui exprime mieux que nous ne le ferions, nos propres convictions sur le sujet.

 

ETRE FEMME MUSULMANE

Comme dans toute société humaine non-déréglée, la stabilité et le bonheur familiaux sont recherchés dans la société musulmane. La femme est le piller central de cette stabilité.

Quid de la femme musulmane dans le Coran?

Le Coran trace le portrait idéal du fidèle, homme ou femme, dans la sourate alfourqan Versets 63-74. Onze qualités morales et spirituelles exigées du fidèle modèle sont couronnées et parachevées par le bonheur familial et social:

« Les serviteurs modèles de Dieu marchent humblement sur terre et ne vont pas perdre leur temps en vaines controverses avec les mécréants, passent une partie de leur nuit à se prosterner devant leur Seigneur, prient Dieu de leur épargner le tourment de l’enfer, dépensent une partie raisonnable de leurs revenus pour la charité, n’invoquent jamais les fausses divinités, ne tuent Jamais, ne forniquent jamais, ne profèrent jamais de faux témoignages, ne fréquentent pas les gens occupés aux frivolités de la vie, écoutent attentivement la parole de Dieu« .

mreetenfant1.jpg Le verset final représente le modèle des femmes de foi et des hommes pieux en prière, s’adressant à Dieu et espérant qu’Il exauce leur demande:

« Seigneur Dieu! Donne-nous en nos épouses et époux et en nos enfants la joie et le contentement et fais de nous un modèle et un guide à suivre par les pieux, »

Telle est l’importance de la joie familiale en islam, et tel est le rôle de la femme musulmane: celui d’être le pivot du bonheur familial.

untitled31.bmpCette « femme au foyer » modèle est le contraire de la créature insignifiante et opprimée qu’on voit de nos jours dans nos sociétés éprouvées par l’analphabétisme et alourdies par les traditions machistes et injustes. L’islam avec sa Loi et son modèle de la femme a tiré une fois déjà, du temps du Prophète, la femme arabe des abîmes d’injustice où elle souffrait le martyre.

Il est urgent de tirer la femme musulmane contemporaine, retombée peut être plus bas que sa soeur antéislamique, de l’abîme d’injustice et de négligence où elle est ravalée. Notre époque n’est peut-être pas plus clémente pour la femme que celle où le père dénaturé et inhumain ensevelissait cruellement son nouveau-né si par malheur il se trouvait être une fillette!

L’infortune de la femme musulmane de nos jours est double. Vivant déchirée entre la situation malheureuse que lui fait l’injustice masculine locale et le modèle occidental attirant par sa liberté apparente, elle se métamorphose en une imitation d’Européenne sitôt qu’elle en trouve le moyen. Ceci si elle appartient à une couche « évoluée » que l’enseignement manqué ou la scolarité dans un établissement étranger ont façonnée; le reste de la population féminine végète dans l’ignorance et n’ose même pas penser à la moindre transformation qui soit.

Les deux, la femme « émancipée » et l’autre, ignorent tout des droits que l’islam originel leur octroie. Les voilées de l’islam qui inquiètent les écoles et les universités en France par leur présence et qui secouent le joug des injustices chez nous sont l’avant-garde d’une prise de conscience nouvelle.

untitled.bmpLa femme musulmane a le droit, dans la Loi islamique, droit que les traditions rétrogrades lui confisquent, de choisir son mari, de n’accepter un prétendant que sous conditions (y compris la condition de ne pas épouser une seconde femme), de demander le divorce, de travailler et de prendre des responsabilités sociales et professionnelles, de disposer librement et en toute indépendance de ses revenus.

Son droit à l’instruction est sans limites, ainsi que son devoir de participer à l’effort de sa société pour s’émanciper elle-même et pour libérer la nation musulmane des entraves coutumières et de la dépravation morale. En d’autres termes, elle a le droit d’être un être humain à part entière: digne et vivant dans la décence!

Nombreux sont les droits de la femme musulmane prescrits par la Loi; le premier de ces droits est celui d’avoir les moyens et le temps d’adorer le Seigneur en participant pleinement à l’oeuvre pie collective après s’être acquittée de ses devoirs personnels. La Loi ne voit pas en elle, comme c’est le cas de l’Eglise, un être sans âme responsable du péché originel et lieutenant du diable.

La femme musulmane doit s’informer de ses droits, consciente et bien informée, elle devra revendiquer leur application. Personne d’autre ne peut faire cela à sa place. Une assise solide de droits matériels et moraux la libérera des servitudes ancestrales et lui permettra de se consacrer à ses devoirs. La bonne oeuvre susceptible de repêcher les musulmans est ardue et demande l’effort bénévole de tous, femmes et hommes côte à côte, associations faisant compétition avec d’autres associations.

La compétition dans la bonne oeuvre est l’une des conditions de l’Epreuve. Ne lisons-nous pas dans la sourate al-moulk que Dieu a créé la mort et la vie pour nous éprouver et connaître qui de nous fait meilleure action? Un gouvernement islamique ne peut que dégager le chemin et aplanir les difficultés: c’est à l’effort conjugué de l’homme et de la femme d’investir le champ d’action, de s’y investir avec persévérance.

La touche féminine est plus que complémentaire de la décision masculine: sa sensibilité délicate et son amour maternel sont irremplaçables, voire décisifs dans l’effort de changement pour que se réalise « l’alternance des jours ». La main décidée d’un gouvernement islamique peut et doit arrêter l’hémorragie de la société blessée, mais qui d’autre que la compassion féminine peut soigner délicatement les blessures physiques comme psychologiques et y appliquer les baumes réparateurs, nécessaires après tant de souffrances?
 

Article tiré du blog: Islam.free
 
que nous nous sommes permis d’illustrer

dans le seul souci d’en faciliter la lecture.

 

WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}







.::Dieu est bon::. |
SEL ET LUMIERE |
islam ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jeunes Missionnaires Advent...
| LES ETOILES DE L'EGLISE " L...
| Messages et apparitions