Arrêtons d’exclure les femmes! Ce n’est vraiment pas ça l’islam

14052009

Interview que le journal Suisse « journal 24h » a fait avec Asmaa Bekada l’année passée. L’interview a été publiée dans le journal et son site.

«Arrêtons d’exclure les femmes! Ce n’est vraiment pas ça l’islam» MUSULMANE | 00h00 Elle se dit féministe mais porte le voile. Elle est bardée de diplômes mais partage sa vie et ses convictions avec l’un des théologiens islamistes les plus écoutés. Pour le meilleur et pour le pire.  

Arrêtons d'exclure les femmes! Ce n'est vraiment pas ça l'islam dans Croyances Rites et Pratiques clip_image001© Andrés Allemand | journal 24h /  Suisse. 

Asmaa Bekada, épouse du théologien islamiste Youssef Al Qardaoui.  

ANDRÉS ALLEMAND | 19 Avril 2008 | 00h00
«Exclusivement femme». Tel est le titre de l’émission qui a fait connaître Asmaa Bekada au sein de la célèbre chaîne satellitaire arabe Al-Jazira. Licenciée en mathématiques, docteur en sciences politiques, cette Algérienne est aussi l’épouse de l’influent théologien Youssef Al-Qardaoui. Dirigeant de l’Union mondiale des oulémas musulmans, l’un des chefs spirituels des Frères musulmans tient lui aussi une émission sur Al-Jazira. «Les Occidentaux le trouvent radical, les musulmans le disent modéré», s’en amuse Asmaa Bekada.
Rencontre.
 

Que pensez-vous de ces femmes légèrement habillées qu’on voit très souvent à Doha, au Qatar? 

Je pense que la diversité permet de belles interactions. Chacun est libre de rechercher la vérité, de faire ses expériences. Il faut que cela reste un choix de femme.  

Pourquoi portez-vous le voile? 

Le hijab, j’y suis venue très naturellement en Algérie, parce que j’ai réalisé qu’il produisait plus d’équilibre dans mes relations. Les hommes étaient obligés de voir en moi une personne à part entière, autre chose que de la provocation directe. Je me sentais plus respectée. C’est cette réalité sociale qui s’est imposée à moi, je ne suis pas allée la chercher dans le Coran…  

Comment pouvez-vous dire que les femmes sont ainsi respectées à part entière alors qu’elles doivent se cacher, parfois même le visage? 

Ah non, pas question de cacher le visage! Ça coupe toute communication. Ce qu’imposèrent les talibans en Afghanistan, c’est terrible: l’exclusion de la femme. Ce n’est pas cela, l’islam. Mon mari, qui est souvent taxé d’extrémiste en Occident, a refusé de participer à des conférences parce que des femmes n’y étaient pas autorisées… Quant à moi, je milite pour la mixité. Partout.  

Même dans les mosquées? 

Surtout dans les mosquées! Elles sont inadmissibles, ces barrières entre hommes et femmes! Rien ne les justifie, et sûrement pas le Coran. Si dans les premières communautés, on demandait aux femmes de ne pas occuper les premiers rangs, c’était là encore pour que les hommes ne soient pas distraits durant la prière. Mais le Prophète était très proche des femmes, il n’était pas question de mettre une séparation.  

Depuis peu, pour la première fois en terre wahhabite, les chrétiens du Qatar disposent d’une église. Cela vous choque-t-il? 

Au contraire, c’est réjouissant. Il faut qu’ils puissent pratiquer leur religion ici. Les musulmans ont bien le droit de construire des mosquées en Occident! La seule exception, à mon sens, c’est l’Arabie saoudite, où se trouvent les lieux saints. On n’imagine pas, n’est-ce pas, construire une mosquée au Vatican…  

Que pensez-vous des musulmans qui se convertissent au christianisme? 

Là-dessus, le Coran est très clair: chacun est libre de choisir sa religion. Ce qui est refusé, c’est le prosélytisme. Voilà pourquoi le récent baptême d’un musulman par le pape Benoît XVI a choqué. C’est très symbolique. D’autant plus que l’homme en question est connu pour être pro-israélien…  

Comment jugez-vous le Qatar, qui entretient des relations officielles avec Israël? 

Politiquement, la démarche me paraît intéressante. Beaucoup d’autres pays arabes la critiquent. Mais ils ne font pas autant pour le Hamas que le Qatar, qui lui apporte notamment une aide financière. Il y a beaucoup d’hypocrisie.  

Reconnaissez-vous à l’Etat d’Israël le droit d’exister? 

Personne dans le monde arabe ne veut de l’Etat d’Israël. Ceux qui disent le contraire, c’est par déception ou par pragmatisme. Mon avis, c’est qu’il faut laisser faire l’histoire. Accepter maintenant la solution politique de deux Etats côte à côte, pour soulager la souffrance du peuple palestinien. Mais à terme, les juifs doivent partir. Tout comme les Français ont fini par quitter l’Algérie. 

  

Courtoisie du frère A. Mitiche 




La prière de Jummua

5012009

29120islam20maroc2019eme20moulayidriss20mausolee.jpgCette prière qui a lieu chaque vendredi se fait à l’heure de « Dohr » (la prière du midi) à la mosquée. Elle est obligatoire pour les hommes et les femmes peuvent y assister si elles le désirent.

Avant de s’y rendre, on doit se purifier en faisant les petites ablutions ou de préférence, prendre un bain rituel (grandes ablutions ou ghusl), comme le faisait le prophète (pbsl).

La prière est composée de 2 unités. Elle est précédée du « Khoutba » qui est le discours de l’imam, en 2 parties, séparé par une brève pause. Le khoutba a la valeur de 2 unités, afin de compléter la prière du « dohr ». Ce sermon contient des conseils visant à guider les Musulmans dans leurs affaires et leurs problèmes de la vie courante.

Pendant le discours il est interdit, même aux enfants,

  • de parler, même pour saluer
  • de manipuler un objet quelconque
  • de traverser les rangs
  • de manger et de boire
  • de bouger et de regarder dans tous les sens
  • Selon le Prophète (pbsl), celui qui commet un de ces interdits durant le discours aura fait un péché et, par conséquent, sa prière sera annulée. 

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    La Purification (les ablutions)

    30122008

    Les ablutions ont le pouvoir de purifier notre cœur des noirceurs de nos désobéissances et de nos péchés. Tous les péchés sortent du corps de celui qui fait parfaitement ses ablutions, ils sortent même d’en-dessous de ses ongles.  Le Prophète (pbsl) nous a dit : 

    « Purifiez votre corps

    et Allah vous purifiera tout entier. »…

      « L’ablution est la clé de la prière,

    et la prière est la clé du Paradis. »…. 

     

    « Au Jour de la Résurrection,

    les gens de ma communauté auront

    le front, les mains et les pieds brillants de lumière :

    ce sera la trace de leurs ablutions.

    Que chacun d’entre vous s’efforce donc

    de renforcer sa lumière.»

    3 types d’ablutions : 

    • Les petites ablutions ou ablutions mineures (woudou) qui se font principalement : 
      • avant la prière 
      • avant de lire le Saint Coran
    • Les grandes ablutions (ghusl) qui se font :  
      • avant la conversion
      • pour la salat al-jummua (prière en assemblée le vendredi) 
      • pour se purifier dans les circonstances suivantes : 
        • après un rapport conjugal (dans les liens du mariage bien sûr)
        • après les menstrues et les lochies (période après l’accouchement).
    • Les ablutions sèches qui sont permises: 
      • Lorsqu’un musulman est en voyage
      • Lorsqu’il est malade
      • Lorsqu’il n’a pas accès à l’eau.
      • Lorsque l’utilisation de l’eau peut aggraver sa maladie 

    Dans ces cas précis, Dieu Le Très-Haut permet au Musulman de se purifier à l’aide d’une pierre ou de la terre.   

       

    Quelques règles pour les ablutions 

    Le Prophète (SAAS) nous a enseigné la bonne manière de faire les ablutions. Ses conseils sont précieux. En voici quelques-uns à suivre lors de la purification:

    Dans les toilettes : 

    • Formuler intérieurement l’intention de se purifier 
    • Entrer par le pied gauche et sortir par le pied droit 
    • Ne pas porter sur soi un objet portant le nom de Dieu 
    • Eviter de parler 
    • Se laver avec la main gauche 
    • Utiliser de l’eau pure 
    • Se purifier d’abord devant puis derrière 
    • Asperger d’eau toutes les parties susceptibles d’avoir été touchées par de l’urine 
    • Se laver les mains avec du savon après le nettoyage des parties intimes. 

    En dehors des toilettes : 

    En plus de ce qui a été cité précédemment, le Musulman se doit de respecter certaines règles quand il est contraint de faire ses ablutions à l’extérieur : 

    • Choisir un lieu propre 
    • Se cacher du regard des autres 
    • Eviter de s’orienter vers la Qiblah (Lieu Saint consacré à Dieu, à l’est) 
    • Ne pas faire ses besoins dans u plan d’eau en pleine nature (lac, rivière…) 
    • Possibilité de s’essuyer avec des pierres en l’absence d’eau. 
    • Après s’être purifié les parties intimes et s’être lavé les mains, il faut penser à se brosser les dents, car l’hygiène buccale est très importante. 

       

       

       

       

       

    Obligations et recommandations dans les ablutions

    Comme tout acte d’adoration de la pratique religieuse islamique (prière, jeûne…), les ablutions comprennent des actes obligatoires dits « fard » et des actes recommandés dit « sounnah ». 

    • Les actes obligatoires dits « fards ». Les ablutions ne sont valables que si le Musulman effectue les actes obligatoires suivants : 
      • Formuler intérieurement l’intention de se purifier 
      • Se laver le visage une seule fois 
      • Se laver les mains et les avant-bras jusqu’aux coudes 
      • Se passer les mains mouillées sur les cheveux 
      • Se laver les pieds jusqu’aux chevilles 
      • Respecter l’ordre des actes précités 
    • Les actes recommandés dits « sounnah ». Ce sont des actes et des paroles non obligatoires, recommandés par le Prophète (pbsl). 
      • Dire : « Bismillah » (Au Nom de Dieu) 
      • Se laver les mains jusqu’aux poignets 3 fois 
      • Se frotter entre les doigts 
      • Se rincer la bouche 3 fois 
      • Aspirer de l’eau par les narines et la rejeter 3 fois 
      • Commencer par se laver les membres droits puis les membres gauches. 
      • S’essuyer les oreilles de l’intérieur vers l’extérieur 
      • Ne pas couper ses ablutions 
      • Utiliser peu d’eau 
      • Formuler l’invocation finale 

     Conditions de validité des ablutions Pour que la purification soit valide, il faut : 

    • Avoir formulé l’intention de se purifier 
    • Etre vraiment purifié 
    • Pour la femme, 
      • il faut que ses vêtements soient amples et propres 
      • respecter sa conscience et sa décence : ne dévoiler de son corps que ce qui lui est autorisé par Son Seigneur, c’est-à-dire le visage et les mains 

    Le Prophète (pbsl) a dit à ce propos :

    « Dieu n’accepte la prière d’une femme pubère

    que si elle est voilée. »

    Donc, le corps, le cou, les bras et les jambes doivent être recouverts d’un tissu qui ne soit ni transparent, ni moulant. Ainsi habillée et purifiée, elle est prête pour la prière. 

    Annulation des ablutions 

    Le musulman/ la musulmane perd son état de pureté : 

    • Lorsqu’il fait ses besoins naturels 
    • Lorsqu’il émet un gaz 
    • Lorsqu’il émet des sécrétions vaginales suite à un rêve nocturne 
    • Lorsqu’il s’évanouit 
    • Lorsqu’il dort profondément 
    • Lorsqu’il touche ses parties intimes dénudées 

    Dans ce cas, le Musulman se doit de refaire ses ablutions (woudou) afin de pouvoir accomplir la prière. 

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    5. Le Pèlerinage (le hajj)

    27122008

    41195252meccagetty416.jpg

    Le 5ème pilier de l’Islam consiste à accomplir le hajj ou pèlerinage à la Maison Sacrée d’Allah à la Mecque. Il est obligatoire pour les Musulmans qui peuvent s’en permettre les dépenses et qui sont physiquement aptes à entreprendre ce voyage. Il n’est obligatoire qu’une fois dans la vie du Musulman.

    Le hajj fut accompli pour la première fois par le prophète Ibrahim et son fils Ismaïl (pbse). Ibrahim reçut l’ordre d’appeler les croyants à faire le pèlerinage. C’est en réponse à cet appel que les Musulmans se rendent à la Mecque chaque année. Ils accomplissent les rites du hajj avec dévotion et sincérité. Ils confirment leur empressement à abandonner les plaisirs et les conforts de ce monde pour l’amour d’Allah.

    Allah prescrit aux hommes,

    comme devoir envers Lui,

    le pèlerinage à cette Maison-

    un devoir pour ceux qui en ont les moyens.

                                     Al-Imran 3: 97

    hj

    41198494arafatgetty416.jpg

    Le hajj constitue le plus grand rassemblement annuel de Musulmans. Ils viennent de tous les coins du monde pour s’assembler en Terre Sainte. Ils se rencontrent et échangent leurs meilleurs voeux.

    Le hajj est une véritable manifestation du fait que l’Islam est une religion universelle et que les Musulmans sont frères et égaux entre eux.

    hajj.jpg

    Les pèlerins portent tous le même vêtement et s’assemblent dans la plaine de Arafat. Ceci est un rappel qu’un jour, le Jour du Jugement Dernier, tous les êtres humains seront rassemblés pour se présenter devant Allah. Ils seront égaux devant Allah, excepté en ce qui concerne leur degré de piété et de droiture. Le hajj symbolise le dévouement à Allah et l’obéissance à Ses ordres.

    C’est le seul vrai pèlerinage de l’Islam, bien qu’il y ait des pèlerinages locaux, dans tout le monde

    musulman, à des tombes de saints. Il a lieu environ quarante jours après le Ramadan.

    bnv

    Les lieux : la trace des prophètes

    La Mecque est située en Arabie Saoudite, c’est là qu’est né le prophète Mahomet et qu’il a

    prêché l’Islam. Elle est le pôle historique et spirituel de l’Islam vers lequel s’orientent cinq fois par jour les musulmans en prière.

    lamecquedessin.jpg

    Dessin de la Kaaba réalisé d’après une miniature du XVIIème siècle

    La Mosquée Sainte aux sept minarets abrite les hauts lieux de l’Islam :

    la Kaaba, édifice cubique de 15 mètres de haut environ, voilé de noir, a été

    construite, dit la tradition, par Abraham et Ismaël, à l’endroit présumé où Adam

    aurait bâti le premier temple de l’humanité. L’ange Gabriel apporta lui-même la

    pierre angulaire, qui, chargée des péchés des hommes, va devenir la Pierre Noire.

    L’édifice achevé, Abraham, monté sur une pierre, le Maqâm Ibrâhîm (la station

    d’Abraham), où l’on vénère encore la trace de ses deux pieds, a convoqué tous les

    hommes présents ou à venir, à accomplir le pèlerinage.

     

    le puits de Zemzem (le bruissement de la source)

    la galerie de procession entre as-Safà et al-Marwah.

    h

    Les rites du pèlerinage

    Le pèlerinage est le cinquième pilier de l’Islam, à l’imitation du Prophète qui s’est rendu à la

    Mecque, accompagné d’un grand nombre de musulmans, le douzième mois de l’an dix de l’Hégire.

    Il inaugura alors le rite du hajj.

    hg

    La sacralisation

    Le pèlerin porte un habit particulier de deux pièces d’étoffe, blanc
    comme un linceul, sans aucune couture ; les femmes, elles, portent une
    robe très longue cousue et cachant le visage.
    Pendant la durée du pèlerinage, le pèlerin doit respecter un certain
    nombre d’interdits (ne pas se couper les cheveux, poils, ongles), ne pas
    avoir de rapports sexuels, ne pas tuer de bêtes …

    hg
    La circumambulation

    En arrivant à la Mecque, le pèlerin se rend devant la Kaaba, il en fait sept
    fois le tour en allant vers la droite en partant de la Pierre Noire.

    j
    La course

    Il doit ensuite courir entre deux buttes nommées Safâ et Marwa,
    distantes de 400 mètres l’une de l’autre ; il faut faire quatre fois l’aller et
    trois fois le retour en souvenir d’Agar, perdue dans le désert, affolée, sur
    le point de mourir de soif, et qui aurait couru entre ces deux buttes avant
    de trouver le puits sacré de Zemzem, non loin de l’emplacement de la
    Kaaba.

    h
    La station

    Le 9e jour, la foule se met en route vers le mont Arafat, situé à une
    vingtaine de kilomètres de la Mecque.
    D’après la tradition, c’est au sommet de cette montagne, qu’Adam et
    Eve, chassés du paradis, se retrouvèrent, au Djebel Arafat, la Montagne
    de la Reconnaissance.
    Mais c’est surtout un endroit sacré parce que le prophète s’y est arrêté
    pendant son pèlerinage des Adieux. Le pèlerin prie debout, de midi au
    coucher du soleil.

    oi
    La lapidation de Satan et le sacrifice

    Sur le trajet du retour, à Muzdalifa, le pèlerin fait provision de petits
    cailloux qui serviront le lendemain pour la Lapidation des stèles
    sataniques. Ce rite est basé sur un souvenir historique, celui d’Abraham,
    que Satan chercha par trois fois à faire désobéir à Dieu, lequel lui avait
    ordonné de sacrifier son fils Ismaël ; les trois fois, Abraham répondit au
    tentateur en le chassant à coups de pierres.
    Après la cérémonie de la lapidation, on procède au sacrifice des victimes
    : brebis, chèvres, moutons, ceci en souvenir du sacrifice d’Abraham, qui
    suivant la tradition, eut lieu à Mina. Mais le pèlerin immole aussi sa
    nature animale, ses passions mauvaises.

    j
    La dernière circumambulation
    Le pèlerinage se termine par un nouveau  » tawaf  » de sept tours autour
    de la Kaaba.

     
    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    Le Voile

    26122008

    « L’homme ne doit pas se couvrir la tête,

    puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu,

    tandis que la femme est la gloire de l’homme.

    En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme,

    mais la femme a été tirée de l’homme ;

    et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme,

    mais la femme a été créée à cause de l’homme.

    C’est pourquoi la femme, à cause des anges,

    doit avoir sur la tête une marque

    de l’autorité dont elle dépend.

    Toutefois, dans le Seigneur,

    la femme n’est point sans l’homme,

    ni l’homme sans la femme.

    Car, de même que la femme a été tirée de l’homme,

    de même l’homme existe par la femme,

    et tout vient de Dieu.

    Jugez-en vous-mêmes : est-il convenable qu’une femme prie Dieu sans être voilée ? »

    1 Corinthiens 11: 7

    f

    On serait tenté de croire que ces versets viennent du Coran, mais non, ils sont tirés du Nouveau Testament.

    Et en lisant dans l’Ancien Testament, nous trouvons des passages qui nous confirment que ce n’était pas une nouvelle règle que Paul essayait d’inculquer aux femmes. En effet, nous lisons dans Genèse 24: 65:

    « Rebecca leva aussi les yeux, vit Isaac,

    et descendit de son chameau.

    Elle dit au serviteur: Qui est cet homme,

    qui vient dans les champs à notre rencontre?

    Et le serviteur répondit: C »est mon seigneur.

    Alors elle prit son voile, et se couvrit. »

    Dans le livre d’Esaïe 47: 2:

    « Prends les meules et mouds de la farine;

    ôte ton voile, relève ta robe,

    découvre ta jambe, traverse les fleuves! … »

    n

    Le port du voile était tellement ancré dans les moeurs et « la mode » des premières servantes du Seigneur que nous en trouvons des exemples, même dans la poésie de Salomon, Cantique des Cantiques 4: 3:

    « Voici, tu es belle, mon amie; voici, tu es belle!

    Tes yeux sont des colombes

    derrière ton voile

    Tes lèvres sont comme un fil écarlate,

    et ta bouche est agréable;

    ta joue est comme un quartier de grenade

    derrière ton voile. »

    j

    Il paraît que le voile chrétien aurait été abandonné seulement au siècle dernier. Cependant certains prétendent qu’il n’était obligatoire que dans les églises, d’où le voile de la mariée et celui de la veuve ainsi que la religieuse qui consacre sa vie à la prière. Mais pourtant, il est bien dit clairement dans le Nouveau Testament (pour ceux qui disent que Jésus avait aboli ces coutumes!!!), 1 Corithiens 11: 5:

    « Toute femme, au contraire,

    qui prie ou qui prophétise,

    la tête non voilée, deshonore son chef:

    c’est comme si elle étsit rasée.

    Car si une femme n’est pas voilée,

    qu’elle se coupe aussi les cheveux.

    Or s’il est honteux pour une femme

    d‘avoir les cheveux coupés ou d’être rasée,

    qu’elle se voile!  »
     

    Pourquoi la société occidentale s’acharne autant contre les femmes musulmanes qui choisissent d’obéir à Dieu en portant leur voile, comme si c’était une invention de l’Islam? On retrouve même cette obligation de porter le voile « pour les filles d’hommes libres » et l’interdiction de le porter pour les prostituées dans des lois de certains pays comme l’Assyrie, lois attribuées à Teglath-Phalasar 1er (v. 1000 avant Jésus-Christ).

    Si les chrétiennes décident d’enlever le voile que le Seigneur leur a prescrit par pure conformité à la société moderne et à sa mode, nous respectons leur choix. Mais qu’on n’essaie pas de nous stigmatiser en inventant des justifications religieuses à ce choix! 

    Les musulmanes elles aussi ont le droit de choisir. Et si elles décident de se voiler, la gloire revient à Allah qui s’exprime clairement en ces termes dans le Coran- Sourate 24: 31:

    « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards,

    de garder leur chasteté,

    et de ne montrer de leurs atouts que ce qui en paraît et

    qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines;

    et qu’elles ne montrent leurs atouts qu’à leurs maris,

    ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris,

    ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris,

    ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères,

    ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes,

    ou aux esclaves qu’elles possèdent,

    ou aux domestiques mâles impuissants,

    ou aux garçons impubères qui ignorent

    tout des parties cachées des femmes. »

    h

    Certaines controverses sont nées à partir du suivant verset que certains interprètent comme limitant le port du voile aux femmes du prophète:

    « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles,

    et aux femmes des croyants,

    de ramener sur elles leurs grands voiles :

    elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées.

    Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

    Sourate 33: 59

    Mais nous n’en voyons pas la justification puisqu’il inclut tout aussi clairement les « femmes des croyants ».

    En somme, le port du voile est un précepte du code vestimentaire de toute servante du Seigneur, quelle que soit sa religion, puisque Dieu a pris le soin de le mentionner dans toutes les Écritures: dans La Bible autant que dans le Coran.

     

    Le Voile Islamique est:

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    La Femme

    26122008

    12332.jpgLa société occidentale a une vision de la femme musulmane qui est celle d’une femme opprimée et inférieure aux hommes. Qu’en est-il en réalité?

    Nous vous proposons ce très bel article tiré du blog: Islam.free.fr , qui exprime mieux que nous ne le ferions, nos propres convictions sur le sujet.

     

    ETRE FEMME MUSULMANE

    Comme dans toute société humaine non-déréglée, la stabilité et le bonheur familiaux sont recherchés dans la société musulmane. La femme est le piller central de cette stabilité.

    Quid de la femme musulmane dans le Coran?

    Le Coran trace le portrait idéal du fidèle, homme ou femme, dans la sourate alfourqan Versets 63-74. Onze qualités morales et spirituelles exigées du fidèle modèle sont couronnées et parachevées par le bonheur familial et social:

    « Les serviteurs modèles de Dieu marchent humblement sur terre et ne vont pas perdre leur temps en vaines controverses avec les mécréants, passent une partie de leur nuit à se prosterner devant leur Seigneur, prient Dieu de leur épargner le tourment de l’enfer, dépensent une partie raisonnable de leurs revenus pour la charité, n’invoquent jamais les fausses divinités, ne tuent Jamais, ne forniquent jamais, ne profèrent jamais de faux témoignages, ne fréquentent pas les gens occupés aux frivolités de la vie, écoutent attentivement la parole de Dieu« .

    mreetenfant1.jpg Le verset final représente le modèle des femmes de foi et des hommes pieux en prière, s’adressant à Dieu et espérant qu’Il exauce leur demande:

    « Seigneur Dieu! Donne-nous en nos épouses et époux et en nos enfants la joie et le contentement et fais de nous un modèle et un guide à suivre par les pieux, »

    Telle est l’importance de la joie familiale en islam, et tel est le rôle de la femme musulmane: celui d’être le pivot du bonheur familial.

    untitled31.bmpCette « femme au foyer » modèle est le contraire de la créature insignifiante et opprimée qu’on voit de nos jours dans nos sociétés éprouvées par l’analphabétisme et alourdies par les traditions machistes et injustes. L’islam avec sa Loi et son modèle de la femme a tiré une fois déjà, du temps du Prophète, la femme arabe des abîmes d’injustice où elle souffrait le martyre.

    Il est urgent de tirer la femme musulmane contemporaine, retombée peut être plus bas que sa soeur antéislamique, de l’abîme d’injustice et de négligence où elle est ravalée. Notre époque n’est peut-être pas plus clémente pour la femme que celle où le père dénaturé et inhumain ensevelissait cruellement son nouveau-né si par malheur il se trouvait être une fillette!

    L’infortune de la femme musulmane de nos jours est double. Vivant déchirée entre la situation malheureuse que lui fait l’injustice masculine locale et le modèle occidental attirant par sa liberté apparente, elle se métamorphose en une imitation d’Européenne sitôt qu’elle en trouve le moyen. Ceci si elle appartient à une couche « évoluée » que l’enseignement manqué ou la scolarité dans un établissement étranger ont façonnée; le reste de la population féminine végète dans l’ignorance et n’ose même pas penser à la moindre transformation qui soit.

    Les deux, la femme « émancipée » et l’autre, ignorent tout des droits que l’islam originel leur octroie. Les voilées de l’islam qui inquiètent les écoles et les universités en France par leur présence et qui secouent le joug des injustices chez nous sont l’avant-garde d’une prise de conscience nouvelle.

    untitled.bmpLa femme musulmane a le droit, dans la Loi islamique, droit que les traditions rétrogrades lui confisquent, de choisir son mari, de n’accepter un prétendant que sous conditions (y compris la condition de ne pas épouser une seconde femme), de demander le divorce, de travailler et de prendre des responsabilités sociales et professionnelles, de disposer librement et en toute indépendance de ses revenus.

    Son droit à l’instruction est sans limites, ainsi que son devoir de participer à l’effort de sa société pour s’émanciper elle-même et pour libérer la nation musulmane des entraves coutumières et de la dépravation morale. En d’autres termes, elle a le droit d’être un être humain à part entière: digne et vivant dans la décence!

    Nombreux sont les droits de la femme musulmane prescrits par la Loi; le premier de ces droits est celui d’avoir les moyens et le temps d’adorer le Seigneur en participant pleinement à l’oeuvre pie collective après s’être acquittée de ses devoirs personnels. La Loi ne voit pas en elle, comme c’est le cas de l’Eglise, un être sans âme responsable du péché originel et lieutenant du diable.

    La femme musulmane doit s’informer de ses droits, consciente et bien informée, elle devra revendiquer leur application. Personne d’autre ne peut faire cela à sa place. Une assise solide de droits matériels et moraux la libérera des servitudes ancestrales et lui permettra de se consacrer à ses devoirs. La bonne oeuvre susceptible de repêcher les musulmans est ardue et demande l’effort bénévole de tous, femmes et hommes côte à côte, associations faisant compétition avec d’autres associations.

    La compétition dans la bonne oeuvre est l’une des conditions de l’Epreuve. Ne lisons-nous pas dans la sourate al-moulk que Dieu a créé la mort et la vie pour nous éprouver et connaître qui de nous fait meilleure action? Un gouvernement islamique ne peut que dégager le chemin et aplanir les difficultés: c’est à l’effort conjugué de l’homme et de la femme d’investir le champ d’action, de s’y investir avec persévérance.

    La touche féminine est plus que complémentaire de la décision masculine: sa sensibilité délicate et son amour maternel sont irremplaçables, voire décisifs dans l’effort de changement pour que se réalise « l’alternance des jours ». La main décidée d’un gouvernement islamique peut et doit arrêter l’hémorragie de la société blessée, mais qui d’autre que la compassion féminine peut soigner délicatement les blessures physiques comme psychologiques et y appliquer les baumes réparateurs, nécessaires après tant de souffrances?
     

    Article tiré du blog: Islam.free
     
    que nous nous sommes permis d’illustrer

    dans le seul souci d’en faciliter la lecture.

     

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    Les Mosquées

    26122008

    29120islam20architecture20mosquee20medine20hautlieu1.jpgEn arabe, une mosquée se dit « masjid », ce qui signifie: lieu de prosternation, ou « jaami »: lieu d’assemblée. C’est le lieu où l’on fait la salat (la prière) en assemblée, mais c’est aussi un symbole de sentiment de fraternité, d’égalité et de compassion parmi les fidèles d’Allah.

    La première mosquée fut construite à Médine (al-Madina) par le Prophète Mohammed. En fait, c’est la 1ère chose qu’il fit en arrivant dans cette ville. Ceci souligne l’importance des mosquées dans la vie des Musulmans.

     

    Architecture                                

    mosquee.jpg Architecture des Mosquées minimosquee.jpg 

          29120islam20maroc2019eme20moulayidriss20mausolee.jpg 2784169980e57d37fd492.jpg mosqueealqarawiyyin1fesshopme1.jpg comoresmosqueeinterieur1.jpg

    Un grand minaret et un large dôme sont les traits frappants des mosquées construites comme telles. Traditionnellement, cet endroit est très éclairé. Le soleil peut entrer à flots par des ouvertures pratiquées autour de la toiture en dôme.

    Pour indiquer la direction de la Kaaba (qibla), il y a généralement une niche creusée dans la paroi du mur, appelée « mihrab ». À la droite du mihrab, se trouve le « minbar » (chaire) où se tient l » imam pour faire sa « khotba » (sermon) du vendredi.

     

    29120islam20architecture20universite20maroc209eme1.jpgD’habitude, les mosquées sont équipées pour le « woudou » (petites ablutions): installations d’eau propre.

    Le hommes et les femmes prient dans des salles séparées.

    Les fidèles s’assemblent dans la mosquée dès qu’ils entendent  »l’adhan »: c’est l’appel à la prière fait par un homme qu’on appelle le « mou’adhin (muezzin). Il proclame très fort les paroles de l’adhan que voici:

    Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand

    Allaahou Akbar, Allaahou Akbar 

    Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand

     Allaahou Akbar, Allaahou Akbar

    Je témoigne qu’il n’y a point de dieu hormis Allah

    Achhadou alla ilaaha illaallaah

    Je témoigne qu’il n’y a point de dieu hormis Allah

    Achhadou alla ilaaha illallaah

    Je témoigne que Mohammed est l’Envoyé d’Allah

     Achhadou anna Mohammad ar-Rassouloullaah

    Je témoigne que Mohammed est l’Envoyé d’Allah

     Achhadou anna Mohammad ar-Rassouloullaah

    Venez à la prière, venez à la prière

    Hayya ’alas-salaah, hayya ‘alas-salaah

    Venez à la félicité, venez à la félicité

     Hayya ‘alal-falaah, hayya ‘alal-falaah

    Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand

     Allahou Akbar, Allahou Akbar

    Il n’y a point de dieu hormis Allah.

    La ilaaha illallaah.

     

    Consignes à respecter:

    petitgarconpriere.jpg  femmespriant2.jpg

    A faire:

    • Les mosquées doivent rester propres.
    • Les femmes doivent être couvertes entièrement, seuls le visage, les mains et les pieds peuvent être dévoilés.
    • Enlever ses chaussures avant d’y entrer.
    • Avoir fait ses ablutions de préférence le ghusl (grandes ablutions).
    • Faire 1 prière à 2 rakats en entrant.

     

    A éviter:

    • Ne pas manger ni boire.
    • Ne pas faire pointer ses pieds dans la direction de la Qibla
    • Ne pas parler à haute voix ni crier (apprendre aux enfants comment se conduire dans une mosquée).

     

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    Le Prophète Mahomet (SAAS)

    24122008

    Mohammed (Muhammad, Mahomet) est né vers l’an 570 dans la ville de la Mecque, en Arabie. Son nom complet était Abu al-Qasim Muhammad Ibn Abd Allah Ibn Abd al-Muttalib Ibn Hashim. Muhammad signifie: digne de louanges. 

    Son père, Abdallah, est mort quelques semaines avant sa naissance, et sa mère Amina est morte quand il avait 6 ans.Il a été élevé par son grand-père paternel  ’Abd al Muttalib, jusqu’à l’âge de 8 ans; et après la mort de son grand-père, son oncle paternel Abu Talib continua à l’élever. Sous la tutelle de son oncle Abu Talib, Muhammad commença à gagner sa vie en tant que commerçant et homme d’affaires.

    Selon la tradition de l’Islam, en l’an 610, pendant sa retraite sur le Mont Hira pour la méditation pendant le mois de Ramadan, Mohammed reçut sa 1ère révélation de l’Ange Gabriel. Celui-ci lui apparut et lui demanda de lire. Le prophète répondit: “Je ne sais pas lire!”. L’Ange le serra très fort contre lui et le relâcha en disant: “Lis!”. Le prophète répéta: “Je ne sais pas lire!”. L’Ange Gabriel le serra de nouveau très fort contre lui et le relâcha en disant:

    “Lis, au Nom de ton Seigneur, qui a crée!

    Qui a créé l’homme d’une jonction!

    Lis car ton Seigneur est très généreux!

    Il a enseigné par le calame (la plume);

    Il a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas.”

                                                          Al-’Alaq 96: 1-5

    L’Ange Gabriel visita Mohammed plusieurs fois sur une période de 23 ans. L’Ange lui enseignait les versets et Mohammed les faisait écrire par les membres proches de sa communauté.

    Les versets révélés sont compilés dans le Coran. Les paroles et les actions du Prophète sont enregistrées séparément dans des collections appelées Hadith.

    Les Musulmans croient que Mohammed était un Messager d’Allah (Nom arabe du Dieu Unique) et le dernier des prophètes.

    La mission du Prophète était de restaurer l’adoration du Seul Vrai Dieu, le Créateur de l’Univers, comme enseigné par Abraham et tous les prophètes de Dieu, et pour démontrer les lois de la morale, de l’éthique, de la jurisprudence et du code de conduite. 

    Les premiers disciples de Muhammad furent son cousin, Ali, son serviteur, Zayd ibn Harithah, son ami, Abu Bakr, sa femme et ses filles. Ils ont tous accepté l’Islam en attestant: « Il n’y a pas d’autre dieu que Dieu et que Mohammed est son Messager et son Envoyé ». À la fin de sa vie, Mohammed avait plusieurs centaines de milliers de disciples.

    Avant sa mort en 632, Mohammed a établi « les 5 piliers de l’Islam »: L’attestation de foi, la prière, l’aumône, le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage à la Mecque.

    Mohammed vécut en toute honnêteté et fut surnommé « As-Sadiq » (le véridique) et « Al-Amin » (le digne de confiance). Il est le modèle humain pour les Musulmans.

    Les Musulmans s’efforcent de suivre le Coran et l’exemple du Prophète dans tous les détails.

    Et il convient d’ajouter après son nom « paix et bénédictions sur lui » (SAAS), une phrase utilisée après le nom de tous les prophètes.

     

    L’Islam interdit

    la divulgation des images du Prophète

    pour éviter son adoration. 

    j

    Qui adorent les Musulmans?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...

     

    Qui est Mahomet?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}




    Musulmans ≠ Islamistes

    22122008

    [L’islamisme est un courant de pensée musulman, apparu au XXe siècle essentiellement pour pallier à l’échec des politiques de modernisations économiques et sociales entreprises par les nationalistes arabes, comme ceux du Parti Baas en Irak et Syrie, sur fond de résurgence identitaire. L’islamisme n’est pas un courant religieux stricto sensu mais plutôt un système politique qui veut régir les aspects politiques, religieux, économiques et sociaux de l’État, par des voies autoritaires si besoin est[1]. Parfois, l’islamisme est réduit à la volonté d’instauration de la charia (l’ensemble de règles de conduites applicable aux musulmans. Le terme utilisé en arabe dans le contexte religieux signifie : « chemin pour respecter la Loi [de Dieu] »). Mais il ne s’agit là que de l’un des aspects de ce mouvement.     ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Islamisme) ]  

    Les islamistes ne sont pas qui ils prétendent être

    par Daniel Pipes
    Jerusalem Post
    9 mai 2001

    Version originale anglaise: Islamists – not who they say they are
    Adaptation française: Alain Jean-Mairet

    Ces Musulmans diversement qualifiés de fondamentalistes, d’intégristes ou d’islamistes font souvent figure, aux yeux des outsiders, d’adeptes les plus fervents de la foi islamique. Ils en appellent constamment à Dieu et prient ostensiblement en public. Les hommes portent la barbe et les femmes portent le voile. Ils exhortent les Musulmans à la solidarité et se méfient ouvertement des non-Musulmans.

    Cependant, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que les islamistes ne sont de loin pas des Musulmans modèles.

    Préoccupés d’arriver au pouvoir (et ce avec succès dans de nombreux pays, tels que l’Afghanistan, l’Iran et le Soudan), leurs talents et leurs efforts sont souvent plutôt politiques que religieux. En fait, les islamistes, malgré toute leur piété ostentatoire, sont même de très piètres croyants.

    La probité en matière d’argent, par exemple, leur pose beaucoup de problèmes. À grande échelle, on peut citer la Banque de crédit et de commerce international (BCCI), qui fut la banque islamique par excellence. Lorsqu’elle s’écroula, en 1991, engendrant un scandale bancaire parmi les plus importants et les plus complexes de l’histoire, l’on s’aperçut que ses propriétaires apparemment si dévots avaient détournés à leur profit plusieurs milliards de dollars appartenant à 1,3 million de dépositaires musulmans répartis dans plus de 70 pays du monde.

    À un niveau à peine inférieur, les «compagnies d’investissement islamiques» qui florissaient en Égypte dans les années 1980 s’effondrèrent également sous les assauts de la corruption, de même que d’autres institutions analogues en Turquie. Et une récente étude de l’université du Texas révèle que «les banques islamiques d’Iran et de Soudan sont de véritables boulevards de la corruption et du détournement de fonds».

    Les islamistes ne dédaignent pas non plus les petits larcins. Lorsque les deux auteurs de l’attaque suicide perpétrée contre l’USS Cole en octobre 2000 préparèrent leur opération, ils savaient qu’ils ne reviendraient pas dans le logement qu’ils louaient à l’époque; alors, ils négligèrent d’en verser le dernier loyer à leur bailleur yéménite. «J’ai été furieux», commente le propriétaire en question, et d’ajouter, sans que ce soit vraiment nécessaire: «Il n’y avait rien d’islamique là-dedans.»

    Mais les préceptes de leur religion que les islamistes transgressent le plus souvent sont ceux dictant le respect de la pudeur. Les terroristes islamistes tuent au nom de l’Islam, mais ils leur arrivent souvent de manquer gravement à leurs devoirs d’intégrité islamique. L’homme qui dirigea l’attentat à la bombe de 1993 contre le World Trade Center, Ramzi Yousef, vécut à une époque aux Philippines où, comme le relate son biographe Simon Reeve, il a été vu «se baladant dans les bars, les boîtes de strip-teases et les clubs de karaoké de Manille, flirtant au passage avec les femmes». Rashid Baz, condamné pour le meurtre d’un jeune garçon hassidim sur le pont de Brooklyn, est décrit par son père comme quelqu’un qui «n’a jamais mis les pieds dans une mosquée. Il aime les filles et les voitures de sport».

    Attirés par la pornographie comme les papillons de nuit par la lumière, les islamistes intègrent des images obscènes jusque dans leurs actes de terrorisme. Pendant le traitement d’une affaire, des agents des forces de l’ordre américaines découvrirent qu’un grand nombre d’organisations islamistes – celle d’Oussama Ben Laden, le Hamas, le Hezbollah et d’autres – avaient placé des informations codées telles que des cartes, des photographies et des instructions parmi les images classées X de sites Web pornographiques.

    Dans les bureaux, les islamistes ont une réputation de harceleurs sexuels. Ainsi, une employée de la mission saoudienne auprès des Nations Unies à New York s’est plainte publiquement, en septembre dernier, d’avoir subi des années de harcèlement sexuel de la part de «membres mâles fondamentalistes» de la mission saoudienne.

    Lorsqu’ils en ont le pouvoir, les islamistes exploitent les femmes. Le gouvernement iranien arrêta récemment le responsable d’un tribunal révolutionnaire islamique, l’accusant de diriger un réseau de prostitution impliquant des jeunes filles mineures.

    La forme peut-être la plus épouvantable de la décadence sexuelle des islamistes se manifeste pendant les prises d’otages, qui sont souvent accompagnées de viols. Récemment, aux Philippines, les islamistes violèrent l’une des femmes occidentales qu’ils retenaient en otage sur l’île de Jolo.

    «C’est sans doute la pire chose qui se soit passée là-bas», expliqua plus tard l’un des autres otages, avant d’ajouter que cet acte de violence sexuelle «était extrêmement surprenant» car les otages furent sinon relativement bien traités.

    Ce comportement est important parce qu’il révèle le véritable profil des islamistes: ce sont des individus impitoyables et avides de pouvoir qui ne méritent en rien l’aura de piété qu’ils revendiquent avec tant d’acharnement. Ils sont des extrémistes politiques bien avant d’être des Musulmans fidèles à leur religion.

    Ces habitudes de vol et de fornication ont une autre incidence: comme le relève l’analyste Khalid Duran, les revendications à l’accession au pouvoir des islamistes sont basées non pas sur des choses de ce monde, mais sur de soi-disant valeurs morales d’une grande élévation. Or la flagrante mauvaise conduite exposée ici enlève toute légitimité à de telles revendications.

    Pour juger de l’éthique islamique authentique, il faut se tourner vers les nombreux Musulmans traditionalistes qui vivent en accord avec les préceptes d’une foi telle qu’elle a évolué naturellement au cours de 14 siècles d’histoire. Eux ne sont ni radicaux, ni enclins à imposer leur vision par la force; ce sont des Musulmans pieux au vrai sens du terme et qui, à ce titre, méritent le respect.

    http://fr.danielpi/article/1771

    WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,383943);}







    .::Dieu est bon::. |
    SEL ET LUMIERE |
    islam ma vie |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jeunes Missionnaires Advent...
    | LES ETOILES DE L'EGLISE " L...
    | Messages et apparitions